Le tribunal administratif de #Lyon s'est penché aujourd’hui sur une requête en référé contre l'arrêté préfectoral ordonnant l'abattage des #deux éléphantes

Publié le par ma vie de chien

Le tribunal administratif de Lyon s'est penché aujourd’hui sur une requête en référé contre l'arrêté préfectoral ordonnant l'abattage des deux éléphantes potentiellement tuberculeuses du Parc de la Tête d'Or, la décision étant attendue demain.

"Si on veut tuer son chien on prétend qu'il a la rage, si on veut tuer son éléphant on prétend qu'il a la tuberculose!", a lancé avec emphase en début d'audience Me Francis Lefaure, l'avocat de la société Promogil exploitant le cirque Pinder, propriétaire des deux éléphantes confiées au zoo depuis plus de dix ans.

Il a vivement déploré "l'attitude excessive" de la préfecture du Rhône qui a pris en urgence cet arrêté le 11 décembre, le jour où lui avaient été transmis des résultats d'autopsie concernant une autre éléphante du zoo, Java, décédée en août et contaminée par la tuberculose.

"Les résultats des prélèvements sur l'éléphante Java ont mis en évidence la bactérie de la tuberculose humaine sur ses poumons. Devant ce constat j'étais obligé de prendre un arrêté d'abattage de Baby et Népal", a expliqué au tribunal Vincent Marseille, directeur départemental de la protection des populations.

Au parc de la Tête d'Or, Baby et Népal étaient séparées de la doyenne Java par un petit fossé, et isolées des autres animaux.200576909_516d312b6e.jpg

Me Lefaure a rappelé que "depuis avril 2010 aucun examen" nouveau n'avait été réalisé sur les éléphantes et qu'il n'est pas prouvé qu'elles soient atteinte de tuberculose, l'une ayant eu des résultats négatifs, l'autre positifs.

Mais, ont admis les vétérinaires du zoo et du cirque, être dépisté négatif à la tuberculose ne signifie pas que le bacille n'est pas présent dans le corps.

Le défenseur des animaux a réitéré sa demande d'une suspension de l?arrêté et demandé une "expertise collégiale et contradictoire de ces animaux", pour vérifier s'ils sont bien atteints.

"Si on euthanasie directement sans faire plus d'examens et sans mettre en place un vrai protocole, cela aura un effet totalement contre-productif car le dépistage de la tuberculose est facultatif et plus aucun zoo ne fera d'examens si la seule solution est l?extermination de tout un troupeau", a averti Florence Ollivet-Courtois, vétérinaire du cirque Pinder et de plusieurs zoos et parcs.

 

Publié dans COUP DE GUEULE

Commenter cet article

Sereine 21/12/2012 22:56


Au info, les nouvelles ne sont pas bonnes.